Poème de Denis

 

Crotte alors…

 

 

En mon nez, j’ai cueilli une crotte

Pour la sculpter sans fausse note,

Délicatement pressée à deux doigts,

Tendrement roulée avec émoi

 

Je la bercerai au creux de ma main

Pour que la nuit la vête de satin

Et quand de velours elle sera parée

Je chanterai comme pour la bercer

 

Et avec mon meilleur souvenir,

Elle finira sans coup férir

Où finissent toutes ses sœurs

Au fond de l’aspirateur  

Denis de la Grange Mathieu