DEBUT DE VACANCES

1960

Debout, sur l'escalier de pierre,

Que les premiers rayons éclairent ;

En ce début de jour d'été,

Rêvassant, les yeux levés,

L'enfant, une lecture sous le bras,

Sur la sente se dirigea.

Oeillets, capucines, giroflées,

Soucis, cosmos, mufliers ...

 

Huma la rose parfumée,

Inspira l'effluve léger.

La blanche marguerite cueillie,

Un peu, beaucoup, à la folie ...

Traversa le potager,

Vit une rangée de fraisiers,

Le fruit à la bouche porté,

Sa chair carmin savourée.

 

Une brise effleura, légère,

Les pâles épaules découvertes ;

Quelques capselles chatouillèrent,

Les pieds nus sur l'herbe verte.

Ici, le poirier bienveillant,

Avec ses branches feuillues, offrant,

Aux grosses chaleurs d'été,

Ce coin frais et ombragé.

 

S'assied sur le doux tapis,

Livre à la main, s'assoupit ;

Sortit de son sommeil, troublée,

Sa cadette à ses côtés.

Munie de clous et d'un marteau,

Illusion de talons hauts ?

Une paire de sandales découpées,

Deux bobines de bois évidées.

 

Un garçonnet efflanqué,

Troubla cette tranquillité.

Deux planches adossées, un parpaing,

Pour le petit, c'est un tremplin;

De patins à roulettes chaussé,

Sur cette piste, fut enfin lancé:

"Les filles", dit-il, "vous me regardez"

"Tu vas tomber"  répond l'aînée.

 

Les grands plaisirs de l'enfance,

Les jeux, leurs magnificences.

Les gamins jouant en ces lieux,

Ainsi s'écoulent les jours heureux

 

2004 - Marie-Claude Palys